Test Se Connaître:Êtes-vous généreux?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Test Se Connaître:Êtes-vous généreux?

Message par mana28 le Ven 9 Fév - 0:21

Il y a un histoire reliré à ce test, donc ça vous demandera un peu plus de temps pour le faire....Voici l'histoire:


Lisez attentivement cette histoire et reportez-vous au test indiqué au bas de la page pour savoir si vous êtes vraiment généreux.

Un réveillon pas comme les autres

Le 31 décembre, 19 heures, rue de Paradis. Olivier attend devant la porte du local de l’association. Il s’est levé à l’aube pour aller chercher le camion qui va emmener les bénévoles en tournée. Le voilà, en avance au rendez-vous, transi de froid sur le trottoir. Brigitte arrive pile à l’heure avec les clés, Mathilde apparaît au moment où les portes s’ouvrent.

A peine entrée, elle se met à compter et à recompter consciencieusement les colis prêts à être remplis de vivres pour les plus démunis. « Rien ne doit être laissé au hasard, pense-t-elle, nous sommes responsables de la bonne utilisation de l’argent des donateurs. » Brigitte prend soin de répartir les repas de façon équitable : un litre de soupe, une boîte de pâté de foie, quatre tranches de jambon blanc, une demi-baguette, un kilo de pommes, quatre yaourts, un litre de jus de fruit et une demi-bouteille de mousseux par carton. Olivier commence à charger le camion. Il interrompt soudain Brigitte : « Tu pourrais en mettre un peu plus, quand même, c’est la nuit du réveillon ! » Brigitte a l’habitude des largesses d’Olivier. Mais elle ne relève pas : « Ce qui compte, se dit-elle intérieurement, c’est que chacun reçoive la même part. »

En vraie pro, Mathilde supervise l’opération : « Nous avons trois heures pour tout distribuer, les amis, il va falloir y aller. J’espère que cette année, nous n’allons pas tomber sur des gens trop agressifs… C’est quand même pour eux que l’on fait tout ça. » Olivier prend le volant, ses deux collaboratrices s’asseyent à côté de lui.

Première halte : devant l’église Saint-Vincent-de-Paul. Quatre jeunes sans-abri, une femme plus âgée et deux chiens sont tassés les uns contre les autres sur une grille d’aération. Brigitte descend la première : « Nous avons des repas pour vous si vous voulez, une bonne soupe que nous pouvons vous faire réchauffer et de quoi faire un petit dîner. » Les quatre jeunes hommes regardent les bénévoles avec un mélange de suspicion et de respect. La femme reste les yeux baissés. Brigitte distribue les colis un par un avec un petit mot gentil pour chacun. Elle s’accroupit ensuite près de la femme du groupe et commence à lui parler. « Vous avez des enfants ? Vous faisiez quoi, avant ? » Les sans-abri ouvrent chacun leur carton avec un air embarrassé.

Olivier s’empresse de proposer de réchauffer les soupes dans le four à micro-ondes branché dans le camion. Il ajoute discrètement dans chaque bol une poignée de gruyère râpé. Brigitte le surprend : « Qu’est-ce que tu fais ? lui lance-t-elle, tu en mets beaucoup trop, il n’y en aura pas pour tout le monde ! » Mathilde renchérit : « C’est vrai, fais attention, ce n’est pas parce que nous donnons de notre temps et sacrifions notre réveillon qu’il faut en faire autant. Contente-toi d’être juste. » Olivier se renfrogne : « Vous êtes trop ! C’est notre mission d’aider les plus défavorisés, et moi, ça me fait plaisir de leur faire plaisir. De toute façon, on n’en fera jamais assez. »

Les bénéficiaires se détendent un peu, l’un d’entre eux s’adresse à Mathilde : « Vous savez, le chômage, c’est pas facile. On tombe vite et après, on se sent inutile… » Du tac au tac, Mathilde lui suggère de venir les aider à ranger le lendemain matin, au local de la rue de Paradis. « Cela vous occupera, dit-elle, et puis comme ça, vous n’aurez pas l’impression qu’on vous a fait la charité. » « D’accord, répond-il, j’y serai, à 10 heures. »

La nuit se poursuit, d’une rue à l’autre de la ville, nos trois bénévoles s’activent. A minuit, les pétards claquent, c’est la fin de la tournée. Olivier dépose Brigitte chez elle, puis Mathilde, et ils se disent : « A demain, 9 heures. »


Le lendemain matin, Olivier, les yeux cernés, est en train de laver les bols de la veille. Brigitte semble contrariée. « Qu’y a-t-il ? lui demande-t-il, tu n’as pas l’air bien. » « Si, si, ça va, répond-elle, mais hier soir, je crois que je me suis un peu trop laissé attendrir par cette femme devant l’église. Son histoire m’a réellement touchée, j’ai été tentée de l’inviter chez moi, et puis j’ai renoncé. » « Tu es vraiment trop gentille, rétorque Mathilde, si tu laisses trop ton cœur parler, tu vas y perdre des plumes… Il faut te protéger. Moi, tu vois, j’ai appris à dire non. Au fait, il n’est pas là le chômeur qui avait promis de venir nous donner un coup de main ce matin ? Il est déjà 11 heures… On dirait que je me suis encore fait avoir, j’ai cru qu’il était sincère, et qu’il serait capable de nous rendre un peu de ce qu’il a reçu… J’ai eu la faiblesse d’y croire. »

Maintenant que vous avez lu l'histoire, choisissez celui des trois bénévoles dont vous vous sentez le plus proche :



Brigitte

Mathilde

Olivier

mana28
Charlie
Charlie

Féminin
Nombre de messages : 823
Age : 39
Localisation : Lachine
Date d'inscription : 25/03/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum